dimanche 8 septembre 2013

Et si on oubliait un peu nos egos

Beaucoup de nos politiques n'ont pas compris la lassitude de beaucoup de tunisiens qui ne leur font plus du tout confiance.
Beaucoup de tunisiens , et je pense qu'il s'agit de la majorité, ne font confiance ni en la classe dirigeante , ni en celle de l'opposition
Le taux des abstentionnistes est la pour le démontrer si besoin était 
Si vous discutez avec ces politiques, ils vous diront qu'ils en sont conscients mais cela ne les empêchera pas de se faire grosse concurrence pour passer sur l'estrade du Bardo
L'ego de beaucoup d'entre eux risque de nous mener vers des résultats analogues a ceux du 23 octobre
La meilleure démonstration de mes propos c'est que aujourd'hui, nous sommes incapables de sortir UN SEUL NOM pour le plébisciter candidat des progressistes et que nous nous voyons obligés de nous rabattre sur un homme qui devrait en principe avoir droit à son repos après avoir servi plusieurs décades durant
Ou vont nos politiques qui sont en train de faire et de défaire les partis politiques .
Sont ils conscients de l'étape que nous sommes en train de vivre
Sont ils conscients du danger et du modèle de société que veut l'adversaire?
Quelle est leur stratégie? Quelle est leur visions?
Ok, ennahdha est l'ennemi. Fustigeons le , cela nous rendra encore d'avantage populaire. Et après? Et après?
Messieurs et Mesdames les "leaders" politiques, saisissez la gravité du moment
Si nous perdons cette échéance , vous serez condamnés à l'une des deux situations suivantes :
- partir dans l'oubli
- vous allier aux obscurantistes pour leur donner bonne image vis a vis de l'Occident
Mais en tous le cas, vous ne serez plus rien
Si vous ne parlez pas d'une seule voix laissant vos ambitions derrière vous, le pays sera perdu, et vous avec