dimanche 27 janvier 2013

Pourquoi ont ils quitte Ettakatol


Beaucoup ont eu le meme ressentiment que Selim Ben Abdesselem, Ali Bechrifa, Fatma Gharbi Mamoghli, Selma Mabrouk Députée Anc, Khemais Ksila , en tout ils auront ete une dizaine de deputes a avoir quitte la porte et des milliers de sympathisants et de cadres qui en ont fait autant.
Pourquoi? Voici entre autres pourquoi. Karima Souid serait elle sur le chemin? Lisez plutôt :
- Et commencent les frustrations: la toute première déception ressentie aura lieu le jour même de la déclaration des résultats provisoires. Après son élection, Sélim attendait les félicitations du chef de son parti. En vain. Pendant trois jours, personne ne l’avait appelé, tout comme Karima, même pas un membre du Bureau politique.
- j’ai découvert l’existence d’un premier cercle restreint autour de Ben Jaâfar, qui se réservait toutes les décisions sans nous consulter
- Ensuite, lors des négociations avec Ennahdh aet le CPR, on cédait sur presque tout, sans discuter. Sur la composition du bureau de l’Assemblée, par exemple, j’étais pour 4 ou 5 vice-présidents, en réservant un ou deux sièges aux partis de l’opposition,
- La direction d’Ettakatol s’acharnera à diaboliser le PDP et dénigrer son score et voulait nous démontrer que nous sommes plus près d’Ennahdha que des autres forces démocratiques.
- On nous disait qu’Ennahdha a changé au contact d’Ettakatol, qu’elle va s’installer pour au moins 20 ans au pouvoir, et que nous devons constituer avec elle un bon partenariat. Un discours effarant.
- Au sein du groupe parlementaire d’Ettakatol, on était les plus mal à l’aise. On voyait la direction céder sur tout, nous laissant loin des promesses tenues à nos électeurs,
- Le débat au sein d’Ettakatol n’avait pu répondre aux attentes de Sélim. Toutes les critiques en interne n’ont rien apporté. Pas d’écoute réelle, pas de congrès en perspective. On se sentait méprisés, trompés, dupés. Le discours de Ben Jaâfar est digne de la Pravda: mépriser l’opposition, s’aligner sur Ennahdha. Il n’hésitait pas à nous dire: c’est vrai qu’on a sacrifié le parti, mais l’histoire nous donnera raison.
- Sélim Ben Abdesselem commencera à prendre des positions différentes que celle de son parti sur une série de questions. La loi sur les recrutements massifs dans la Fonction publique sans affectation motivée ou l’extradition de Baghdadi Mahmoudi seront les premiers points d’achoppement, après qu’il s’est abstenu sur la loi de finances 2012. Poussant plus loin, il votera contre le limogeage du gouverneur de la Banque centrale, Mustapha Kamel Nabli, et l’investiture de son successeur Chedly Ayari et signera la motion de censure contre le gouvernement.  Il dénoncera les nominations partisanes, le laxisme face à la violence salafiste, l’échec de l’action de nombre de ministres, le refus d’accorder l’autonomie à la nouvelle instance de la magistrature, toujours avec un certain respect pour les institutions et les personnes, mais avec beaucoup de pugnacité

http://www.leaders.com.tn/article/selim-ben-abdesselem-le-dissident-d-ettakatol?id=10580