samedi 9 mars 2013

Ennahdha, ses filiales et les autres


Bon, je pense que la messe est dite. On a tendu la main au Tak durant cette phase de construction de la troïka 2. On pensait que ses dirigeants allaient enfin se ressaisir et comprendre de leurs erreurs
On s'est dit qu'ils sont rentre dans le gouvernement pensant peut être pouvoir faire quelque chose.
Alors on a un peu cru quand ils ont fait semblant de poser des conditions qui ressemblaient a celles des partis progressistes lors de la phase des négociations
Mais l'intervention de Khelil Zaouia le 8 mars 2013 sur Nessma a été on ne peut plus clairs :
- Il ne sera pas possible de toucher aux nominations qui ont été faites et en particulier celle des conseillers des ministres
- Le débat national se fera sous l'égide de l’ANC. Et quand on connait l'équilibre des forces au sein de l'ANC on comprends que le débat qu'ils proposent ne sera rien d'autre qu'une énième mascarade
Ettakatol a fait définitivement son choix et s'oriente vers des listes communes avec Ennahdha lors des prochaines élections
Aujourd’hui, dans un dernier sursaut de je ne sais quoi, MBJ a fait un appel aux ex Tak leur disant que la parti a fait beaucoup de sacrifices, et leur demande de revenir au parti (quelle audace!)
En même temps, des membres du Bureau Politique du parti se réunissent et menacent de démissionner et de déposer une motion de censure contre les actuels dirigeants du parti lors du prochain conseil national
Si un moment j'ai cru que le Tak allait peut être raisonner en termes d'intérêt national, il est clair aujourd’hui que l'intérêt national pour eux se concentre dans l'intérêt de 4 ou 5 personnes
Ettakatol a pris aujourd’hui le chemin du CPR et se transforme progressivement en filiale de ce parti
Quand on accepte que le gouvernement Troika 2 garde un Maattar au commerce, une Sihem Badi aux affaires de la femme, un Khadmi aux affaires religieuses ou mets a la tete du ministère de l’emploi une personnalité dont le diplôme n'est même pas achevé a l'emploi et qui de surcroit avait annoncé que il y a quelques temps qu'il n'y avait aucune solution a l'emploi en Tunisie ainsi qu’une ribambelle de conseillers formant un gouvernement parallèle au sein de chaque ministère, on comprends que l’enjeu n’avait rien d’autre pour intérêt que de sauver la tête de Ben Jaafar et de garder des portefeuilles ministériels a des personnalités takatoliennes

Aujourd’hui plus que jamais, la bipolarisation de la vie politique est claire.
D’un coté l’Union Pour la Tunisie et de l’autre une troika composée d’un grand parti et de résidus de deux autres partis
El Jabha Echaabia jouant le rôle d’arbitre
On sait ce qui nous attends, la mission est énorme, mais tout est la pour gagner et éliminer définitivement ces deux partis qui ont trahi la révolution et trahissant les dizaines de milliers d’électeurs qui ont vote pour eux
 Ceux qui continueront a rester dans ces partis et qui ont des convictions progressistes savent aujourdhui que leur parti va aller et pour toujours avec Ennahdha
Une alliance "strategique" est en train de se mettre en place
Nous on sait ce qui nous attend