lundi 24 mars 2014

Nahdha-oui, Nahdha-non

Le sujet du jour, outre la campagne présidentielle de Bouteflika gérée par procuration et la terrible sentence de mort en Égypte, est localement la démission du 6e calife de son poste de SG et la formation par Chiibi, aile dure de Ennahdha, d'un nouveau parti politique
D'apparence, ces 2 ou 3 tendances islamiques offriraient une panoplie complète islamiste et donc permettrait a chacun de s'y retrouver
Je pense que cela n'est pas nécessairement une stratégie de Ennahdha, qu'il y a bien dissensions et que cela n'est pas une bonne chose pour eux
Le système qui a été mis en place, permet au premier arrivé aux élections de désigner son chef du gouvernement et donc de conduire les affaires de l'Etat
Il est vrai que tous ces partis coaliseront a l'Assemblée mais cette dispersion pourrait empêcher Ennahdha de gagner les élections et donc de détenir le pouvoir exécutif
Le salut des islamistes viendrait dans ce cas, une fois que chaque parti se soit constitué et recruté ses adhérents , d'aller vers une coalition islamiste
A nous de tenir compte des différents scénarios et agir en conséquence