samedi 16 novembre 2013

Pouvons nous nous allier aux Islamistes?

Tout le monde savait depuis la chute de Ben Ali que le chemin sera long et épineux et tous ceux qui ont soutenu ce changement, étaient prêts à prendre le risque économique et politique qui s'en suivait.
La différence chez nous par rapport a régime démocratique normal, droite/gauche, démocrates/républicains.., c'est que en face nous avons un régime théocratique qui ne voit pas la même chose que nous.
Ce qui importe pour ce régime théocratique, c'est d'instaurer un régime islamique qui déboucherait sur un Emirat en lieu et place de la République.
Et c’est ce que nous combattons car ce "parti politique" use de tous les moyens pour atteindre ses fins et bien évidemment rester au pouvoir, y compris d'utiliser différents moyens de pression VIOLENTS a travers les Ligue de "protection" de la révolution et les salafistes les plus durs, voire les jihadistes. Ce parti n'hésite pas a mettre la main sur la justice et tente de museler la Presse et tous les syndicats qui disent ce qu'ils voient. Au delà de la dictature rampante, Ennahdha a un objectif "sacre", "divin" qui fait que la relation entre eux et nous ne peut se faire normalement.
Quand au Tak, s'il avait fait au début un choix que l'on pourrait qualifier "d'honorable " si on veut (ce qui n'est pas vrai puisque cette alliance contre nature a commence a se construire des le lendemain de la chute de Ben Ali et non pas après les élections) , il s’est avéré par la suite que le Tak n'était rien d’autre qu'un outil pour accentuer l'hégémonie Nahdhaoui sur les institutions de l'Etat a travers une aliénation totale de son chef au sein de l'ANC.
Vous faire un listing des preuves de cela, nécessiterait a lui seul une demi journée de rédaction des différents sujets. Ce même parti aujourd’hui, ou ce nano parti, ne s'intéresse qu'au pouvoir et qu'aux intérêts de 3 a 5 personnes au détriment de tout un parti, que dis je, de toute une patrie. 
Oui les islamistes sont des tunisiens, oui on ne peut exclure une bonne partie des tunisiens sous prétexte qu'ils ont un objectif différent du notre, mais cela ne nous empêche pas de les combattre et de faire en sorte que la Tunisie, bien que plurielle, puisse demeurer une République.
On ne peut de ce fait s'allier a eux, a moins que les équilibres de force soient égaux sur le plan politique.
Tout le reste n'est qu'aliénation nuisible au processus démocratique