mercredi 24 octobre 2012

Mise au point


Depuis un certain temps, je suis la cible d'un certain nombre d'attaques et ce par rapport a mes positions et idées. Je voudrai, pour que les choses soient claires, préciser un certain nombre de choses par rapport a ma façon de voire les choses, et j'en suis libre. Pour moi, aujourd'hui n'est plus hier et le RCD n'existe plus et ne pourra plus jamais exister. Comme beaucoup, j'ai appelé, des fois sans discernement a la punition collective. J'estime que je me suis laissé aller a cet esprit qui nous a tous anime suite au départ du dictateur sans discerner entre le bon et le mauvais. Aujourd'hui je continue a penser que ceux qui ont abusé des biens publics, que ceux qui ont les mains tachées de sang, MAIS PAS SEULEMENT, également ceux qui ont contribué a porter Ben Ali au pouvoir et l'y maintenir et contribuer a l'enrichissement illicite de la famille, doivent payer. Mais je ne peux être d'accord sur cette façon de procéder par certains aujourd’hui, qui n'est rien d'autre qu'un appel a l'épuration avec leurs premiers dégâts constatés a Tataouine. La troika aujourd’hui, a les moyens d'activer la machine et de faire juger ceux qui ont commis des crimes en actionnant l'outil justice transitionnelle. Elle ne le fait pas pour pouvoir continuer à avoir la main sur la machine. Pourquoi voulez vous alors que j'accuse ceux avec lesquels ceux qui sont au pouvoir utilisent pour se maintenir le plus possible et mettre la main sur toutes les institutions de l'Etat.
La révolution est loin d’être terminée. Nous n’en sommes qu’a ses prémisses. Mais aujourd’hui, elle commence a devenir sale quand on voit le niveau du débat politique et la montée de la violence
Je ne peux y adhérer et que ceux qui considèrent que j’ai changé de cap sont libres de le penser, mais moi je me sens cohérent et en phase avec mes valeurs, mes idéaux et moi même
La Tunisie ne pourra se faire en excluant aucune partie, qu’elle soit islamiste, destourienne, voire même salafiste.
Il est toutefois évident, pour moi, que la Tunisie a besoin d’hommes et de femmes nouveaux ou militants pour se reconstruire quitte a ce qu’ils fassent des erreurs dans leurs débuts et revoir a la tête du pays une quelconque personnalité ayant fait partie de l’entourage de Ben Ali ferait de moi un homme très triste